Written by: Aligné(e) comme jamais 🧘‍♀️ Grandis, fais des conneries La méthode CAP

Ce qu’ON pense de moi

Une démonstration mathématique du théorème de BALEK

Si je te dis que je me fous de ce qu’on pense de moi, tu imagines quoi ?

🤟Que je fais genre ma rebelle « nik la police de la pensée » ?
🧘‍♀️Que je pratique le lâcher prise level grand master et que le monde est plus grand que mon égo ?
🤭Que je raconte des salades parce que je m’en fous pas du tout car je frôle l’ulcère à chaque désinscription ?

Ben t’as raison, quel que soit ton choix, t’as raison. Tout est vrai.

C’est ma vérité, ou plutôt MES vérités.

Mais la réalité est bien plus compliquée que ça. La réalité c’est que ce qu’on pense de moi ne dépend pas de moi.

Ce qu’on pense de moi dépend d’un nombre infinitésimal de circonstances qui se jouent entre le macro (l’état de l’univers, des planètes, des énergies, de la lune et d’Elon Musk) et le micro (ta vie intérieure + ma vie intérieure + la vie intérieure des gens qui nous entourent multiplié ce qu’on pense de nos vies intérieures divisé par ce qu’on essaie de transmettre à l’extérieur au carré + ce que j’ai mangé à midi moins si je suis allée au sport aujourd’hui).

Et moi j’ai jamais été très bonne en math vois-tu.

Cette équation, un jour, j’ai décidé de la résoudre à l’aide de cette phrase lapidaire :

Je me fous de ce qu’on pense de moi


Aussi connue sous le nom du théorème de BALEK.

Il y a des gens qui ne comprennent pas cette phrase, pensant que je m’octroie ainsi le droit de faire ce que je veux, quand je veux, où je veux, sans distinction et sans retenue.

Mais ceux là oublient qu’un adulte en pleine possession de ses moyens NE VEUT jamais vraiment emmerder le monde, vexer gratuitement, hurler sur son voisin ou se rouler au sol en tapant des pieds.

Je ne VEUX pas le faire, mais si je le fais c’est que j’ai décidé de le faire.

Ma retenue, ma distinction sont dictées par mes valeurs et non par la peur de ce qu’une entité qu’on appelle ON va penser de ce comportement et (encore pire) de ce que ce comportement dit de moi.

Et crois moi quand je te dis que la théorie c’est beau, mais on ne vit pas en théorie. Que de le dire ne suffit pas.

Se libérer de la peur c’est comme le bonheur.

D’abord c’est une contrainte (parce que y’en a marre de sous vivre)
Ensuite c’est une ambition (une simple décision)
Et puis c’est un plaisir (une hygiène de vie)

C’est un entraînement, un travail de tous les jours. A répéter inlassablement, échouer, rééssayer et célébrer toutes les petites victoires. 

Et le jour où j’ai compris ça j’ai vachement moins eu de comportements relous, choquants, clivants, bizarres, étonnants ou que sais-je …

C’est le deuxième effet keep cool.

Je n’ai plus de temps à perdre à ne pas aimer qu’on ne m’aime pas.
Je préfère aimer qu’on m’aime, et me concentrer là dessus.

Et j’ai même plus besoin de m’emmerder à chercher à montrer la meilleure version de moi même parce que je suis déjà cette meilleure version : la version la plus adaptée au moment présent tel qu’il est. Avec tout le résultat de l’équation précédemment citée.

La découverte la plus importante que j'ai faite après avoir mené cette réflexion a été dans ma carte de Design Humain, quand j'ai découvert le canal des impulsions involontaires : entre le centre de la gorge (l'expression) et celui de la rate (la survie).
Pour te la faire courte, ça dit que je peux pas m'empêcher de dire des trucs qui me passent par l'instinct (je dis pas par la tête car ma gorge n'est pas reliée à mon intellect tu vois pas le délire). 

 Résultat : le moment est souvent incongru et le ton un peu cash.

En revanche ce canal me donne une capacité à comprendre avec finesse les éléments en présence, à radiographier les événements dans tous leurs aspects : je vois, j’entends et je ressens même ce qui n’est pas dit. 
J’ai longtemps considéré ce don comme une malédiction, une sorte d’incapacité à se retenir de dire tout et n’importe quoi et notamment des trucs pas spécialement rationnels auxquels je crois dur comme fer. 
Jusqu'à ce que j'apprenne à faire confiance à mon reptilien.
... 

Bon, on va dire que a suffit pour aujourd’hui.

(Visited 64 times, 1 visits today)

Inscris-toi à la newsletter des indisciplinés
Étiquettes : , , , , , , , , , Last modified: 22 mars 2021